C'est le genre de petites départementales sur lesquelles j'aime me promener et me perdre par n'importe quel temps. La dernière fois que j'ai emprunté celle-ci, j'y ai dépassé -- j'étais en voiture avec tout mon attirail -- , un homme qui faisait difficilement passer un âne d'une prairie à une autre...  Je m'attendais plutôt à voir des chevaux, pas pour les labours et les travaux des jours (c'est à présent un passé momifié sur des photos jaunies), mais pour les loisirs des citadins en mal de campagne.

© Photo et texte : Alain Jean-André.                                    [ précédente | liste | suivante]