Les anachroniques


Littérature, société, individu

Christine Angot mouche Houellebecq

Photographie, une nouvelle étape

Un poète surveillé

Sortir de l'exil

Échapper à Google

Un point terminal

De Zones à Zone

Rüdiger Fischer (1943-2013)

Trois acteurs devant le livre numérique

Mélancolies

La fin des librairies ?

Après Fukushima (3): zones (interdites)

Après Fukushima (2): relire Tanizaki

Après Fukushima (1): deux images

Le nuage des blogs

Esquisses phillipines, Bernard Giraudeau

Le texte et ses media

Marché et poésie

Livre numérique ?

Kerouac : le grand retournement

Imaginer son lecteur

Le livre, double hélice

Jean Vodaine à Metz

S'installer pour écrire

Revisiter les oeuvres

La Terre aux dix mille vallées

Le fantôme de Drako

L'anachronique d'Alain Jean-André


14 janvier 2013

Où en est l'édition numérique ?

Il y a quatre ans, je posais la question : « L'année 2009 sera-t-elle considérée à l’avenir comme celle de l’émergence du livre numérique en France ? » Ceux qui attendaient de grands changements ont en partie été déçus, ceux qui redoutaient de grands chamboulements sont restés dubitatifs. Le raz-de-marée attendu ne s'est pas produit. L'actuelle crise économique a ralenti cette mutation, pourtant de nombreuses mesures montrent que le mouvement se poursuit. En 2012, le marché des liseuses et des tablettes s'est développé ; par ailleurs, des éditeurs, des bibliothèques, des plates-formes de téléchargements, et même des auteurs, proposent de nombreux titres. En ce début 2013, quel est l'état de la situation de cette nouvelle forme d'édition ?

Actuellement, des livres numériques sont proposés par diverses plates-formes de téléchargement avec de nombreux titres. Des ouvrages tombés dans le domaine public peuvent être téléchargés gratuitement. La bibliothèque Gallica ou la bibliothèque du Québec permettent des lectures à distance. Les éditeurs mettent de plus en plus de titres en vente sous deux formes : une édition papier et une édition numérique. Dans Capital, Françoise Benhamou, professeure à Paris-XIII et à Sciences po et spécialiste de l’économie des biens culturels, a déclaré que « tous les acteurs de l’édition y viennent. Instruits par l’exemple de l’industrie de la musique, ils [préfèrent] accompagner cette évolution que de rester sur le côté et de se faire totalement dépasser par les nouveaux arrivants comme Apple, Google et Amazon. » Mais en France, l'écart de prix entre l'édition papier et l'édition numérique, qui tourne autour de 20 % (aux Etats-Unis, elle est plutôt de 50%), joue contre l'achat d'un livre en version numérique. Résultat : les ventes de livres numériques représentent seulement un peu plus de 1 % du total.

Des études récemment publiées indiquent un recul des ventes des livres papier et une augmentation des livres numériques téléchargés sur les liseuses et les tablettes (surtout les iPad). L'IDATE avait annoncé que le livre électronique atteindrait 12 % du marché dans le monde en 2015, mais une part plus réduite en France (sans doute pas 10%). L'augmentation du nombre des liseuses et tablettes en circulation devrait allonger les listes de titres accessibles. D'un autre côté, la facilité d'accès aux livres numériques ouvre des perspectives inédites, surtout quand il touchera le monde de l'éducation. Ceci dit, les études qui portent sur le marché (en volume et/ou en valeur) ne rendent peut-être pas compte de l'ensemble de l'accès aux livres numériques. Je ne pense pas tant aux diffusions pirates, comme pour la musique, qu'à celles réalisées par des éditeurs, des bibliothèques et même des auteurs.

Par contre, une double tendance semble se confirmer. D'un côté, des lecteurs qui pratiquent la lecture de livres numériques sur liseuses ou tablettes achètent en même temps plus de livres papier. Ce qui n'est pas contradictoire. On peut très bien lire un texte sous forme numérique afin d'en connaître rapidement le contenu, et acheter une édition papier du même titre ou d'un titre voisin pour des commentaires ou pour offrir. D'un autre côté, le marché du livre est sans doute en train de suivre une tendance de la nouvelle économie qui donne accès à des titres avec un mode de règlement qui s'apparente à un abonnement. D'autres formules se mettront en place. Ce qui est certain pour le lecteur, c'est qu'une gigantesque bibliothèque virtuelle est en train de lui devenir accessible, qu'il réside dans une grande ville ou dans un chalet perdu sur une montagne.

© Alain Jean-André

Accéder au dossier Le livre numérique sur la Luxiotte.