Les anachroniques


Photographie, une nouvelle étape

Un poète surveillé

Sortir de l'exil

Un point terminal

De Zones à Zone

Rüdiger Fischer

Où en est l'édition numérique ?

Trois acteurs devant le livre numérique

Mélancolies

La fin des librairies ?

Après Fukushima (3): zones (interdites)

Après Fukushima (2): relire Tanizaki

Après Fukushima (1): deux images

Le nuage des blogs

Esquisses phillipines, Bernard Giraudeau

Le texte et ses media

Marché et poésie

Livre numérique ?

Kerouac : le grand retournement

Imaginer son lecteur

Le livre, double hélice

Jean Vodaine à Metz

S'installer pour écrire

Revisiter les oeuvres

La Terre aux dix mille vallées

Le fantôme de Drako

L'anachronique d'Alain Jean-André


1 juin 2014

Échapper à Google

Je suis toujours amusé quand j'entends quelqu'un me parler d’indépendance, de liberté, de local, de français, etc, et de le voir se ruer sur Google pour chercher une information. Certains/certaines donnent même des leçons, démontrent qu'ils/elles ont raison, Google à l'appui. C'est quand même pratique Internet, on y trouve tout ce qu'on cherche, etc, etc. Et chaque fois, une tranche de Google. On ressemble à des Bouvard et Pécuchet du XXIe siècle. On n'imagine pas qu'Internet, ce n'est pas que Google, ou Facebook, ou Twitter.

Dans cette chronique, je m'en tiendrai à l'outil des nouveaux Bouvard et Pécuchet : Google. Ce moteur de recherche, tellement utilisé qu'il est devenu omniprésent dans la vie quotidienne, enregistre toutes nos requêtes ; il a la mémoire longue, au contraire de la nôtre, trop courte ; avec les divers services « gratuits » auxquels on souscrit, on confie ingénument à cette multinationale des informations qui valent de l'or.

D'où la question de base : n'existe-t-il pas d'autres moteurs de recherche sur la Toile ? Des moteurs qui permettraient d'obtenir les mêmes résultats ? De ne pas se faire piquer des mots-clés ou de se faire pister ? La réponse est très simple : oui, ils en existent, il suffit de les chercher et de les utiliser. Ceux qu'on repère en premier sont ceux promus par un puissant marketing, pour grignoter des parts de marché au pantagruélique Google : Bing, Yahoo!, etc. Les utiliser ne change pas la situation de l'internaute : il reste dans le même état de dépendance. Mais il en existe d'autres, moins ou pas connus.

Le plus connu est DuckDuckGo, un moteur américain qui respecte la vie privée des internautes en refusant de collecter leurs informations personnelles. On peut y ajouter Ixquick, moteur hollandais utilisé par Startpage. A chacun de choisir celui qui correspond le mieux à ses attentes. Mais, me dira celui/celle qui tient à l'exception culturelle française, ne trouve-t-on pas de moteurs français ? Si, on peut en citer cinq : Qwant, créé à Paris en 2013, Exalead (de Dassault Systemes), Mozbot, Seek.fr, Le Moteur (Orange). Si on veut faire de la résistance, on peut installer sur son ordinateur Seeks ou Yacy. C'est un peu plus compliqué que d'acheter un tee-shirt Che Guevara.

On le voit, il est possible de vivre sans être googlelisé jusqu'à la moëlle. La situation est grave, camarade, mais elle n'est pas désépérée.

© Alain Jean-André