Les anachroniques



Photographie,
une nouvelle étape


Un poète surveillé

Sortir de l'exil

Échapper à Google ?

Un point terminal

De Zones à Zone

Rüdiger Fischer

Où en est l'édition numérique ?

Trois acteurs devant le livre numérique

Mélancolies

La fin des librairies ?

Après Fukushima (3): zones (interdites)

Après Fukushima (2): relire Tanizaki

Après Fukushima (1): deux images

Le nuage des blogs

Esquisses phillipines, Bernard Giraudeau

Le texte et ses media

Marché et poésie

Livre numérique ?

Kerouac : le grand retournement

Imaginer son lecteur

Le livre, double hélice

Jean Vodaine à Metz

S'installer pour écrire

Revisiter les oeuvres

La Terre aux dix mille vallées

Le fantôme de Drako

L'anachronique d'Alain Jean-André


2 nov 2016

Dylan, Nobel de littérature, tu rigoles ?

Ça n'a pas raté, on m'a tout de suite taquiné au sujet du Prix Nobel de littérature 2016.
   « Dylan, tu dois être content, non ? » m'ont répété plusieurs proches qui connaissent mes goûts musicaux (très enracinés dans la vie américaine des années 1960 et 70), certains avec un ton narquois.
   D'abord, je n'ai pas répondu aux messages. Au fil des jours, de remarque en remarque, je me suis dis que je n'étais pas cohérent. Je rédige actuellement pas mal de textes sur les années 1960 et 70, et j'y parle de la musique de cette époque. Et Georges m'a secoué l'autre soir au téléphone.
   « Tu n'écris rien sur cet événement, pourquoi ? »
   On a eu une longue discussion. Je vais tenter d'en présenter quelques aspects.

   C'est vrai, j'ai été un peu surpris à l'annonce de cette distinction académique. Comme beaucoup de monde. Par contre, je n'ai pas été surpris par les réactions suscitées. Beaucoup m'ont bien amusé. Surtout celles qui manifestaient la recherche d'une « oeuvre » littéraire, c'est-à-dire des livres sur un rayon de bibliothèque.
   « Combien de livres, tu dis ?
   --  Deux. (1)
   -- Deux seulement ?
   -- Oui, mais il faut voir l'essentiel : des centaines de chansons.
   -- La musique et les paroles ?
   -- Oui, des paroles très proches de la poésie. De vrais poèmes. Hermétiques parfois, pas toujours. (2)
   -- En somme, ils ont couronné un poète.
   -- En quelque sorte.
   -- Un barde.
   -- Laisse les gros mots, veux-tu ?
   -- Tout de même, certaines de ses chansons ont été des hymnes de la jeunesse des années 60. Par exemple, Blowing in the Wind. Je parie que tu la chantais.
   -- Je l'écoutais beaucoup.
   -- Et Like a Rolling Stones (3) ? Le passage au rock, la « trahison » au festival folk de Newport en 1965 ?
   -- Un grand moment.
   -- Et aujourd'hui, quel disque de Dylan réécoutes-tu encore ? Si tu réécoutes Dylan.
   -- Blonde and Blonde. Un double album, paru en 1966. Des textes surréalistes, énigmatiques. Avec des images exceptionnelles. Et la musique, et l'interprétation.
   -- C'est vieux, tout ça. Écoute aussi les jeunes. Il y en a qui te plairaient beaucoup. C'est vrai, Dylan est devenu une star qui dure, ou qui a la vie dure. Il fait encore une tournée, si j'ai bien lu ?
   -- Oui, sa dernière tournée, commencée il y a plusieurs années.
   -- La der des ders, si je comprends bien. Mais, dis-moi, quels bouquins conseillerais-tu pour mieux connaître Dylan ?
   -- Il y en a beaucoup... Si tu veux que je me limite, je pense à trois titres. Je verrais d'abord un livre de Greil Marcus, La République invisible, Bob Dylan et l'Amérique clandestine (4). Il donne des repères intéressants sur l'époque. Aussi un volume de Mike Marqusee, Wicked Messenger, Bob Dylan and the 1960s (5). Et, si on ne connaît pas du tout Dylan, on peut facilement trouver le volume Bob Dylan : Une biographie (6) de François Bon, un livre qu'on trouve à présent en poche.       -- Alors, Dylan, prix Nobel de littérature, tu dois être content ?
      -- Ne me pousse pas à dire des bêtises.

© Alain Jean-André

   

Quelques pistes.

1.  Bob Dylan, Tarantula, suivi de « Portrait de l’artiste en pop star » (trad. Dashiell Hedayat), UGE 10-18, 1973; rééditon en 1993, Chroniques, volume 1 (trad. Jean-Luc Piningre), 2005 Fayard.

2.  Les paroles des chansons de Bob Dylan sont traduites en français sur le site : www.bobdylan-fr.com/
    Bob Dylan, The Lyrics: 1961-2012, Hardcover ; October 28, 2014, Publisher Simon & Schuster, 960 pages, pour la modique somme de 266.40 dollars. (Voir sur Amazone.com). On est loin de Woody Guthrie.

3.  Greil Marcus, Like a Rolling Stone, Bob Dylan à la croisée des chemins, 2005 Galaade Éditions. Un livre de 300 pages sur un titre. Le « professeur » Greil Marcus est capable, à partir d'un gars qui se brosse les dents le matin le 25 juillet 1965 et écoute la radio, de vous restituer le tintoin des médias de ce jour-là, le choc de l'écoute d'une chanson, et l'onde de choc qui se propage dans la société américaine entière puis sur toute la planète.

4.  Greil Marcus, La République invisible, Bob Dylan et l'Amérique clandestine, 2001 Denoêl. Du Summer of Love (1967) à l'histoire des Basement Tapes (les bandes du sous-sol) quand Dylan, après son accident de moto (juillet 1966), se refait une santé (physique et musicale) avec les musiciens de The Band.

5.  Mike Marqusee, Wicked Messenger, Bob Dylan and the 1960s, 2003 Seven Stories Press. Chimes of Freedom, revised and Expanded. (désolé, c'est en anglais. Mais c'est très intéressant sur le climat de cette époque.).

6.  François Bon, Bob Dylan : Une biographie, 2007 Albin Michel; réédition au Livre de poche (2009), avec une postface inédite.