Michel Nadal plasticien matiériste

Un artiste paléolithique

J'aime le travail de Michel Nadal.

Il déchire, triture, marque, emboutit, laisse des empreintes. Ses outils sont moins le pinceau ou le crayon que le doigt, le pouce. Michel Nadaléprouve la nécessité du contact direct, quasi charnel avec le matériau. Il le palpe, le caresse. Présence de la main.

Un jour, il remarque dans une cagette du papier d'emballage teinté par des pêches. il est séduit. Pourquoi imiter cette couleur donnée ? Il emploie tel quel cet élément. Présence de l'oeil.

Son travail est constant échange de l'homme à la matière. Qu'elle soit pierre, détritus, papier. Dans un monde hypersophistiqué, Michel Nadal revient aux premières formes plastiques. Il utilise le matériau à portée de la main. Immédiat.

J'aime ce degré zéro de la forme plastique.

Une tache de couleur vibre sur la monotonie d'un fond neutre. Une empreinte se répète, insistante, fossile. Sur une trame, des signes premiers, d'avant l'écriture. Là, des traces de sédimentation, vie géologique. Ou l'éclat, la déchirure, la rupture.

C'est bien cela : Michel Nadal est un artiste paléolithique.

Alain Jean-André
Catalogue de l'exposition de Ronchamp, automne 1976.

Michel Nadal

Michel Nadal

Michel Nadal