L'ironie légère de Mezzapelle

Exposition Mezzapelle, Le 19, Centre Régional d'Art Contemporain, 19, avenue des Alliés, 25200 Montbéliard, jusqu'au 14 février 1999.

par Alain Jean-André

Le sculpteur de Marseille expose à Montbéliard des formes hybrides qui tiennent à la fois de l'animal et de l'homme. L'artiste présente un bestiaire tendre et drôle, trois ensembles qui correspondent à trois tailles (sans compter les sculptures posées dans des bâtiments de la ville) : celle d'adultes ? celle d'enfants ? celle de gnomes à côté de petits avions ? Ce qui est certain, c'est qu'on évolue dans un univers à la fois curieusement familier et insolite.

Voir, revoir ces petits monstres, ces chimères sympathiques, c'est entrer dans un bestiaire fantaisiste qui s'inscrit dans une grande tradition, celle des monstres du moyen âge par exemple. Mais Mezzapelle en fait des formes, des êtres du XXe siècle qui rappellent à la fois la B.D. et des personnages ou animaux de parc de loisirs d'aujourd'hui. Pas de doute, Mezzapelle est un contemporain.

Il y a dans tout cela quelque chose qui parle à l'enfant, qui s'adresse à l'imagination. Aussi quelque chose qui bouscule les représentations réalistes, figées, donc marque une belle liberté, une légèreté, le sourire d'un artiste qui avance avec un ton propre. Son ironie n'est ni caustique, ni abrupte. Elle introduit dans notre quotidien une fantaisie faite de clins d'œil et d'audace tranquille.


© Chroniques de la luxiotte.
(Mis en ligne le 21 décembre 1998)