Le monde aérien d'Yves Normand


Yves Normand, Musée d'art et d'histoire, Château, 90000 Belfort, jusqu'au 9 mai 1999.

par Alain Jean-André

Avec Yves Normand, la peinture devient légère, aérienne, transparente. Ici, nulle représentation, la forme semble naître d'un mouvement, d'une improvisation, d'une respiration : la toile exprime un dynamisme de nuage, de monde en formation, à moins qu'elle ne reflète une méditation.

D'abord il faut insister sur la présence de la couleur, ce qu'indiquent les titres des œuvres : Blanc diagonal, Bleu blanc-blanc bleu, Violet seulement, Trace de chrome, Du gris au bleu, Diagonalement bleu, Librement jaune, etc. Car Yves Normand déploie des nuances jusqu'à un point d'équilibre qui laisse subsister le mouvement premier, le jaillissement de l'énergie créatrice.

Dans certaines toiles, les contrastes, les oppositions donnent encore plus de vigueur à ce monde dynamique, à ces vibrations de matin du monde. On se trouve là au tout début des choses, au Point du jour (titre de l'une de ses toiles). L'oeil est séduit par cet univers en formation, par ce pouvoir de la couleur qui s'est affranchi de toute représentation.


© Chroniques de la luxiotte.
(Mis en ligne le 19 mars 1999)