<
Interférences

Festival International d'Arts Multimédia Urbains, 90000 Belfort, 14-20 décembre 2000.

par Alain Jean-André

Le festival International d'Arts Multimédia Urbains a célébré à Belfort, du 14 au 20 décembre dernier, la rencontre des arts et des nouvelles technologies. Mieux organisé pour le spectateur que l'année précédente, il avait cette fois pour centre l'Atria, un espace propice à ce genre de manifestation. Le programme était copieux : 6 spectacles, 63 installations, 30 performances, 37 sites internet, 70 vidéos, 30 animations. Le mieux consistait encore à flâner, à glaner ici ou là une œuvre, une réalisation multimédia ou un spectacle.

Retenus, Xpose de Béatrice De Fays, une installation dynamique qui capte l'image et la voix du spectateur ; Around the word/Across the world de Gérard Giachi, un dispositif vidéo qui donne l'impression d'un puits d'images plongeant jusqu'aux antipodes ; Robolab venu d'Allemagne, un système dans lequel l'activité cérébrale d'un participant met en branle deux robots industriels ; Ma rétrospective interactive de Loic Connanski qui présente des vidéos interactives hilarantes ; Omniprésence, Ishii Harud (Japon), une installation qui mêle le son de 450 cloches et la lumière de diodes ; enfin Repousse de Racamier qui ne semble pas avoir réalisé tout ce qu'il projetait.

Au total, on sent (comme en d'autres lieux) que les artistes s'approprient de mieux en mieux les techniques nouvelles. Tout n'est pas réussi. On peut être vite lassé. Mais aussi étonné, conquis, séduit. L'art du nouveau siècle s'annonçait pendant ces journées.


© Chroniques de la luxiotte.
(Mis en ligne le 17 décembre 2000)