Variations de Raoul Dufy

Raoul Dufy, les peintures de la collection du Centre Pompidou - Musée national d'art moderne, Musée des Beaux-Arts, Nancy (tél : 03 83 85 33 25), jusqu'au 1 er avril 2002.

par Alain Jean-André

Le musée des Beaux-Arts de Nancy, à partir d'un choix de 138 oeuvres conservées dans les collections nationales du Centre Pompidou – Musée National d'Art Moderne, offre pour la première fois en France un itinéraire éclairant de Raoul Dufy. On passe des tableaux de la période de formation au fauvisme, de la tentation cubiste aux toiles de la maturité, avec la présentation de séries très significatives.

Le spectateur apprécie la variété du travail présenté. Quelles différences entre les toiles de la période fauve et celles de l'atelier de l'impasse Guelma. Avec La rue pavoisée (1906), la scène de rue devient un balai de couleurs ; les toiles de l'atelier (1935-1952), nous font entrer dans une atmosphère à la Matisse. Et que dire des étapes du thème de la mer ? Souligner, bien sûr, la force remarquable de la série du Cargo Noir. Il faudrait encore insister sur la suite des Dépiquages : scènes rurales, moissons sous la chaleur, sur des tonalités bleu, jaune, vert, profil noir de la machine.

Surtout, on sent le mouvement vers une grande liberté, une légèreté qui donnent à sa facture l'originalité que l'on connaît. Les portraits autant que les paysages rendent compte de cette apparente désinvolture. Contraste des espaces colorés, rythme du trait qui suggère brièvement ; une dynamique déploie ses variations dans des séries plutôt que dans le chef-d'oeuvre. Raoul Dufy aimait la musique ; cela se voit. N'a-t-il pas écrit, dans Le violon rouge (1948), comme titre de partition : « Musique et peinture de Raoul Dufy » ?


© Chroniques de la luxiotte.
(Mis en ligne le 10 février 2002)


Liens :
       Voir de nombreuses toiles du peintre