Le pari de Numerica Art Party #2

par Alain Jean-André


Deuxième édition de la biennale de création numérique, qui se déroule sur le Pôle Multimedia de Franche-Comté à Montbéliard, les 13, 14, 15 mars 2009, Numerica ArtParty n'est pas qu'une manifestation qui réunit des mordus des nouvelles technologies. Elle représente un vrai pari sur l'avenir.

La deuxième édition de la biennale de création numérique Numerica ArtParty se déroule sur le Pôle Multimédia de Franche-Comté à Montbéliard, les 13, 14, 15 mars 2009. Cette manifestation, entièrement dédiée aux praticiens des médias et aux producteurs de contenus numériques, réunit une centaine de talents internationaux dans les disciplines créatives des médias numériques : ils entrent en compétition pendant 60 heures non-stop. En fait, il s’agit d’une forme d’émulation artistique et numérique géante dans une ambiance festive propice aux échanges. De nombreux prix récompensent les meilleures réalisations (programmation multimédia, vidéo, graphisme 2D et 3D, animation 2D et 3D, photographie, musique).

Numerica ArtParty est directement inspiré de l’idée de « démoparties », apparues il y a 25 ans. Elles visaient d’abord à réunir des informaticiens qui travaillaient sur les mêmes problématiques de développement et d’optimisation. Ensuite, les artistes (graphistes, musiciens, animateurs) se sont joints à ces rencontres. Actuellement, ces réunions de spécialistes peuvent rassembler jusqu’à 1000 participants (récemment en Allemagne et dans les pays scandinaves). De l’accumulation d’expériences de ces praticiens sont nées des innovations dans le multimédia, l’imagerie, l’animation, les effets spéciaux et la programmation. La plupart des jeux vidéos utilisent des outils optimisés par les participants aux « démoparties ».

Pour cette seconde édition, Emmanuel André, directeur de la biennale déclare : « Le succès de la première édition de la biennale Numerica ArtParty a démontré que la création collective, qui en est le cœur, reste une forme attendue et ouverte à tous les champs d’expérimentations. Dans un contexte plus difficile, cette seconde édition se veut une bouffée d’oxygène pour les jeunes créateurs numériques en attente de nouvelles expériences. » On pourrait ajouter que cette vigoureuse initiative de l’Association pour le Développement de l’Art Numérique (A.D.A.N.), née dans un fief dominé par l’industrie automobile, propose l’une des alternatives les plus tournées vers l’avenir.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 11 mars 2009)


Lien :
       Visiter le site de la biennale



Mis en ligne : 11 mars 2009