Marc Petit

Notice biographique :

Né en 1947 à Paris, Marc Petit entre à l'École Normale Supérieure après avoir suivi des études classiques. Germaniste de métier (il enseigne la littérature allemande à l'université de Tours), il a traduit les oeuvres de Georg Trakl (en collaboration avec Jean-Claude Schneider), les poètes baroques allemands, Erich Arendt et Catharina Regina von Greiffenberg et les derniers poèmes de Rilke (Oeuvres poétiques et théâtrales, bibliothèque de la Pléiade). Manies et Germanies regroupe les articles et essais qu'il a consacrés à la littérature allemande ainsi qu'à la théorie et à la pratique de la fiction en général.

Membre fondateur, aux côtés notamment de Frédérick Tristan et Georges-Olivier Châteaureynaud, du mouvement littéraire de la « Nouvelle Fiction, Marc Petit construit au fil des années une oeœuvre poétique et romanesque originale qui oppose à la tradition du réalisme bourgeois et à ses dérives contemporaines une pratique du récit (formée à l'école de Kafka et de Borges) mettant en valeur le plaisir, l'humour et le pouvoir critique de l'imaginaire, sur fond de récapitulation ironique du savoir.

La Grande Cabale des Juifs de Plotzk déconstruit à la manière d'un récit talmudique une anecdote curieuse et tragique de la révolution russe. Le « romanesque de la pensée » domine la grande fresque baroque d'Ouroboros, située dans l'Allemagne du XVIIe siècle. Architecte des glaces, autobiographie fictive, oppose aux mythes du XXe siècle l'image emblématique d'un artiste hanté par le rêve de la transparence. Entre Conan Doyle, la science-fiction et la théologie, Le Nain Géant explore et renouvelle le mythe du Golem. Le Troisième Faust ressuscite la figure du vieux Goethe sous le regard ironique et complice de Méphisto. La Compagnie des Indes donne une version burlesque et délirante de l'histoire de Schéhérazade, à l'époque des Lumières et de la Révolution française. À mi-chemin du conte et de la nouvelle, le court roman La Fenêtre aux Ombres et le volume rassemblant les Histoires à n'en plus finir déploient comme autant de mises en scène de l'imprévisible les aventures de personnages toujours surprenants, masques révélateurs de la « difficulté d'être », à la recherche d'un sens qui se dérobe et d'une sagesse possible.

Conçue comme une sorte de conte pour Pourim, L'utopie du docteur Kakerlak met en valeur la vertu de dissimulation et le pouvoir de la contre-manipulation dans une société totalitaire. L'équation de Kolmogoroff, enquête biographique et récit-commentaire, ressuscite la figure du génial mathématicien Wolfgang Doeblin, fils du romancier de Berlin Alexanderplatz, suicidé à vingt-cinq ans en juin 1940 pour échapper aux griffes de la Wehrmacht.

Le numéro 59 de la revue Brèves est consacré à Marc Petit. On y trouve notamment, sous la plume de Jean-Luc Moreau, une analyse éclairante de La Compagnie des Indes, oeuvre emblématique de la Nouvelle Fiction.

Bibliographie :

Poésie

Romans et récits :

Contes et nouvelles

Essais

Livre d'artiste :

Direction de revue :

Traductions et présentation