Voyager jusqu'au vertige

Vertiges (Schwindel. Gefühle) de W.G. Sebald. Traduit de l'allemand par Patrick Charbonneau, Actes Sud et folio.

par Alain Jean-André

Par la façon de mener le récit et le ton adopté, les livres de W.G.Sebald ressemblent peu à ceux d'aujourd'hui,. L'auteur accompagne ses textes de photographies, compléments qui illustrent ses propos ou preuves de ce qu’il avance dans une démonstration. Il faut dire que l'écrivain mène de curieuses recherches, que ce soit dans le sud de l'Angleterre (Les Anneaux de Saturne) ou en Europe continentale (Vertiges). Ne va-t-il pas, dans le présent volume, jusqu'à prétendre écrire un roman policier ? Certes, il mène des investigations fouillées, mais d’une espèce particulière, concernant principalement des écrivains.

Roman policier ? Il fait cette curieuse déclaration à la gérante d'un hôtel, au bord du lac de Garde. Il vient de Vienne, il est passé à Venise, à Vérone. On le sent engagé dans un jeu de pistes et de doubles qui fait surgir les images de Stendhal, Kafka, Casanova. Que cherche l'auteur au cours de cette longue errance qui confond parfois, de manière troublante, le présent et le passé ? Son récit mêle imagination et érudition, faits divers et souvenirs ; plusieurs fois, il semble victime d'hallucinations. Son voyage dans l'espace européen est géographique, mais il est aussi largement existentiel.

Parti sur la piste de Stendhal et de Kafka, il retourne après trente ans d’absence au village de son enfance, en Bavière. Il prend un train à Vérone, monte dans un bus à Innbruck par un temps épouvantable et se rend jusqu’au poste frontalier du Oberjoch, puis il descend à pied la montagne et entre à W., le village de son enfance. Ce passage fait ressurgir le passé avec des scènes intenses et émouvantes. On comprend que l’auteur effectue un travail sur lui qui le conduit parfois au vertige. Son écriture rend compte, avec une force hallucinée, de ce singulier voyage dans l'espace européen, mais aussi jusqu'au bout de lui-même. On comprend que le retour en arrière a été difficile pour lui, et plus encore la remémoration de certains souvenirs.

© Chroniques de la luxiotte.
(25 février 2001 ; revu 15 déc. 2011)



Liens :
    Lire la chronique sur Les Anneaux de Saturne
    Lire la chronique sur Austerlitz
    Lire la chronique sur la disparition de W.G.Sebald