Petit enfer quotidien

Journal d'une serveuse de cafétéria, Anne Buisson, Farrago/ Léo Scheer, 12 €.

lecture d'Alian Jean-André

C'est 9 mois de la vie d'une (jeune) femme, hôtesse-buffet dans une cafétéria (que l'on comprend appartenir à une chaîne). Un roman qui prend la forme d'un journal : on y lit la vie routinière, harassante, écoeurante ; aussi les relations entre les employés, les contacts avec les clients, les (petits) hauts et les bas de la vie quotidienne, à deux pas du périphérique.

A certains mots employés, certaines réflexions, le lecteur constate que la narratrice n'est pas une ex-élève de lycée professionnel avec un CAP en poche, ou pas de diplôme du tout ; plutôt une bac + 2 (au moins). Celui qui sait à peine écrire dans cette histoire, c'est le patron. Résultat : un personnage double : d'un côté l'accablement du travail, la situation d'infériorité, la convoitise des mâles ; de l'autre, le regard acéré, les remarques cinglantes, les constats attendris.

On a affaire, dans ce petit livre, à l'abêtissement par le travail (un type de travail), aux rapports hommes-femmes, à la déprime qui guette et, en fin de compte, à la solitude. Mais rien du sociologue, du psychologue, du politique : seulement des petites touches, des pages sans pathos, des scènes brèves qui disent beaucoup avec une grande sobriété.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 8 février 2003)