La guerre des couleurs

Pastel, Olivier Bleys, Folio, 5,10 euros.

lecture de Marie-Françoise Godey

Simon, amoureux de la couleur bleu pastel, se heurte à son père Lucas Terrefort, dur et exigeant, teinturier d'écarlate. A cette époque, le XVe siècle, les deux corporations – teinturiers de bleu et teinturiers de rouge – ne se mêlent pas, se jalousent, se concurrencent, s'opposent pour survivre. Charges, savoir faire et secrets de fabrication se transmettent de père en fils, de génération en génération.

Mais, au-delà de la lutte père - fils, et de l'intrigue romancée et poignante qui tient le lecteur en haleine, l'auteur nous fait découvrir sous tous ses aspects, le travail et la vie des ouvriers de couleur en Albigeois. Monde du compagnonnage et sa hiérarchie, dur apprentissage dès l'enfance, maîtrise, vocabulaire, étapes et techniques de teinturerie, etc. Pour mieux nous les décrire, Olivier Bleys s'est longuement documenté : il s'est rendu sur les lieux où, à notre époque, on teint encore les tissus à l'ancienne, au pays des hommes bleus, les Touaregs.

Ce récit captivant, mené dans une langue simple, au vocabulaire précis, n'est pas dénué de symbolisme et de lyrisme: Le rouge, mon enfant. Sens-tu comme il brûle? Son trait est pareil à la langue des dragons ! Le bleu porte une haleine froide quisoutient l'esprit, au lieu que le rouge porte une haleine chaude qui allume le corps ! C'est pourquoi l'encre bleue sert aux écritures, et le vin rouge attise nos entrailles!

Le lecteur qui souhaite se plonger dans un siècle passé, découvrir des techniques anciennes, suivre la lutte entre des hommes dans un monde qui change sera comblé par ce livre. Il découvrira un roman incontournable pour qui s'intéresse aux couleurs, que l'on peut rapprocher du Parfum de Patrick Süskind pour qui s'intéresse aux odeurs.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 31 août 2003)


Lien :
      Lire la page du site qui présente l'auteur