Comme un drame antique

Le Drap, Yves Ravey, Editions de minuit, 8 €.

lecture d'Alain Jean-André

C'est un petit livre qui a l'air de rien mais qui porte très loin. Une écriture minimaliste, qui pose des phrases précises, sans explication : un procédé cinématographique qui fait presque penser à un scénario. On est loin de toute métaphore, de toute grandiloquence : on suit le regard d'un fils qui assiste à la maladie et à la mort de son père. On reste dans ce qu'il voit, on n'entre pas dans ce qu'il sent.

La réussite du livre tient sans doute à cet équilibre. Le narrateur écrit un récit sec, par séquences brèves. On voit émerger la figure du père, l'origine de sa maladie, la perspicacité et la dignité de la mère : on est dans un univers ouvrier du siècle dernier, mais le dépouillement du récit est tel qu'on pense à un drame antique.

Yves Ravey parvient à nous rendre proche une tragédie par un procédé simple. La narration est le plus souvent au présent, pas celui de notre époque mais celui des 203 (ces Peugeot de l'après-guerre) et surtout celui des drames de tous les temps qui frappent les gens simples. Avec une maîtrise narrative peu commune, l'auteur donne une très grande intensité à une banale histoire du monde ouvrier.

Un petit livre qui est un grand livre.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 5 août 2003)