Que diable, fait-il, dans cette galère ?

Lettre d'un éditeur de poésie à un poète en quête d'éditeur, Louis Dubost, Ginkgo éditeur, 126 pages, 7 €.

lecture d'Alain Jean-André

Cette lettre d'un éditeur de poésie à un poète ne manque pas de sel. Certains l'ont déjà lu : ils l'ont reçu, décontenancés, soufflés, excédés, en réponse à l'envoi d'un manuscrit aux éditions Le Dé bleu. Ou ils ont lu une précédente édition. Cette troisième publication enfonce, encore une fois, le clou, et esquisse une sorte de bilan. Son auteur, enseignant « radié des cadres actifs » de l'Éducation nationale depuis le 1er septembre 2005 (l'heureux homme !), fait une nouvelle fois le point. Il a ajouté à sa lettre quelques récits plutôt cocasses du Marché de la Poésie, Place Saint-Sulpice, ou d'autres lieux dans lesquels il a présenté ses livres, et des réponses d'auteurs refusés.

Pédagogue, Louis Dubost reprend sans cesse les mêmes arguments : le poète devrait commencer par proposer ses poèmes aux revues, elles sont nombreuses ; les auteurs expédient trop souvent un manuscrit à des éditeurs dont ils n'ont pas lu les livres ; l'éditeur « avec un tempérament et une sensibilité qui lui appartient en propre, entretient dans l'ensemble des publications auxquelles il donne sa marque un climat ». Direct, il déplore que : « trop peu d'auteurs s'inquiètent de (s)on mode de fonctionnement éditorial » ; or, l'éditeur « choisi les auteurs qu'il publie, et c'est lui qui verse l'argent ». Bougon, il lance encore : l'éditeur a tous les droits, même « le droit à l'erreur ». Au poète impatient qui désespère de dénicher la perle rare, il conseille de publier lui-même son livre.

Visiblement, quelques auteurs ont été ravis de son envoi : « Merci ! Oh ! merci ! Votre Lettre (…) m'a délivré. » ; « j'ai trouvé ce franc-parler plutôt sympathique ». D'autres réponses sont beaucoup moins laudatives, avec des phrases au vitriol. Parfois Louis Dubost répond à la réponse, comme dans un blog. Les saynètes avec l'éditeur derrière le présentoir de livres face à un poète qui cherche à fourguer un manuscrit sont parfois hilarantes. D'autres révèlent des silhouettes du monde poétique ou littéraires désignées uniquement par des initiales. De bref récits à clé !

Le fond de l'affaire est connu : la misère de l'édition poétique, la galère des auteurs et des éditeurs. Louis Dubost nous livre son témoignage, ni triste, ni gai. Son livre est vivant, clair, à hauteur d'homme. Une phrase pour donner une idée du ton de l'auteur : « le slogan soixante-huitard qui psalmodiait " 50 000 poètes, 500 lecteurs, 5 éditeurs " est toujours d'actualité, à ceci près que le nombre des poètes a quadruplé, celui des lecteurs diminué de moitié et que les éditeurs mettent la clé sous le paillasson… ». Ne faisons pas le calcul, le chiffre des éditeurs serait certainement négatif, le réel mis à mal. Retenons le mouvement, l'hyperbole, le ton, et beaucoup de choses entre les lignes.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 29 avril 2006)