Manger sans frein ?

Tous les râteliers !, Vincent Wahl, Rhubarbe, 134 pages, 12 euros.

par Patrice Maltaverne

Voici un livre singulier, à la fois par sa construction, par la manière dont le thème principal de la nourriture est abordé, et enfin par le style de son auteur.

Tout d'abord, il convient de rappeler que Tous les râteliers ! constitue le deuxième volet d'un ensemble, Rumines, dont la première partie, Oeil ventriloque, a été publiée en 2008 chez le même éditeur. Ensuite, il est important d'affirmer que Tous les râteliers ! n'est pas un livre de gastronomie, en dépit des listes de plats succulents qui y sont présentés.

En effet, ces inventaires n'ont pas pour seul but de nous apprendre de nouvelles recettes de cuisine, mais nous font goûter aux merveilles de la langue, qui viennent tout de suite après celles des papilles gustatives.

Par ailleurs, l'auteur dresse une véritable typologie de nos rapports à la nourriture, de l'anorexie jusqu'à la boulimie. Une relation aux coutumes familiales et religieuses plutôt douloureuse s'y fait jour au passage, car à travers les repas c'est bien de rites sociaux dont il est question :  violence / de qui fait la règle et décide / qui peut être mis au service de qui ».

Cette quantité de nourriture décrite ne peut que mener, dans un deuxième temps, à celle, plus générale, des biens, qui débouche sur une critique de la société de consommation, sans que soit condamné toutefois le bric-à-brac ambiant, comme le montre, par exemple, la description d'une brocante. Cependant, la véritable angoisse existentielle et le point d'orgue de Tous les râteliers !, consistent pour l'auteur à se demander ce qui pourra ou non rester de notre identité d'humains après la disparition de notre espèce, malgré la présence d'objets emblématiques :  le projet Kéo, de préserver / pour rencontres fortuites dans / l'abysse / une goutte de sang / une goutte de mer / une bulle d'air tout un instantané / du monde.

Reflet de cette profusion des choses et de l'angoisse provoquée par celle-ci, le livre de Vincent Wahl ne recherche pas la forme parfaite mais plutôt la sienne propre, puisque entre les textes de l'auteur, s'intercalent les citations d'extraits de livres et d'articles de journaux qui contribuent à donner à Tous les râteliers ! une allure reconnaissable entre toutes.

Voici donc un recueil à découvrir pour les poèmes énigmatiques qui le composent et dans lesquels le mystère de la complexité de notre monde, avec bonheur, est ciselé.

© Chroniques de la Luxiotte
(Mis en ligne le 29 mars 2010)


Article à paraître dans Pages Insulaires 3 impasse du Poirier - 39700 Rochefort-sur-Nenon. (abonnement 20 euros les 6 n° par an). (En savoir plus)