Alex Abouladzé : Passez ha passants



Passez passez passez ha passants de la nuit
passeurs vers l'autre rive où commence la mer
       tous vos pas dans mon sang
tous vos pas font un bruit d'écluse qui se rompt
             de marée de matière
d'écluse qui se rompt de marée de matière
passez comme vous passiez sans un mot sous la pluie
     pour découvrir le feu capturer la lumière

           C'est pour vous que je dis

Passants arrêtés tout au bout de la pluie
brûlant vos yeux ouverts aux plus froides lueurs
            vos visions dans mes yeux
vos visions prennent vie et battements d'enclume
                jusqu'à  la douleur
        et battement d'enclume jusqu'à la douleur
arrêtez-vous encore regardez par ici
pour éclairer ce jour de la nuit des veilleurs

           C'est pour vous que je dis

Passants passants tombés pour avoir tant dit
que la mémoire est morte avant le mot d'amour

           vos silences dans ma voix
vos silences sont écrits sont signés de ces mots

      ces mots pour revêtir la mort de la lumière.


L'espace vide Editions Saint-Germain-des-Prés,1977.


[suivant]