Alex Abouladzé : La même histoire



Il n'y a pas de mot pour dire
la clameur qui remonte des ports et des chantiers
et des cités du monde partout dans la nuit blanche

la clameur lancinante qui remonte du silence
pas de mot pour la dire

Et pas de mot encore pour dire
l'histoire sans fin de tous les jours
de toutes les nuits
à regarder venir ce qui ne vient jamais
qu'à  la fin de l'histoire et l'histoire est sans fin

et l'histoire est sans fin

Oui c'est toujours recommencer cette route au hasard
un café le matin   la caillure des machines
passer et repasser de ces mots   mêmes mots
sur la meule des heures et plus tard dans sa vie
tout au bout s'endormir
comme une bête immobile et qui rêve en dormant

toujours  oui   c'est recommencer

Mais c'est toujours la même histoire
qu'on raconte pourtant qu'on écrit sur les murs
et le sable  dans la poussière des vitres
aussitôt effacée   recommencée déjà    on peut lire
on peut voir
la question redoutable des hommes sans sommeil
la question sur la suite impossible des jours

oui  c'est toujours la même histoire

La même histoire de houle sur les gouffres
quand le mot ne vaut plus qu'écrit avec son sang
même histoire est se taire
la gueule vitriolée pour toute l'absurdité

Et qu'est-ce que je fais là 
penché sur ce papier
penché sur les lambeaux d'un grand verbe éclaté
penché jusqu'à tomber   jusqu'à 

mais qu'est-ce que je fais là 

L'espace vide Editions Saint-Germain-des-Prés,1977.


[précédent]  [suivant]