Michel Duprez : deux poèmes (2)


Drôles d'oiseaux

Encore un couple qui bat de l’aile…
Depuis le début, c’était cuit, cuit, et même recuit.
Lui, pas assez zélé à son goût,
Faisait sans arrêt le paon
Dans son costume de pingouin.
Elle, pas chouette pour un sou,
N’a pu s’empêcher de plumer
Son pigeon de mari.
Où l’amour va-t-il donc se nicher ?
Mais, après tout, qu’est-ce que vous en savez, vous, dans vos cages à poules ?
Parce que, pour nous, le plus terrible, c’est qu’on les aimait bien, nos amis…
Maintenant, il va nous falloir apprendre à vivre sans eux,
Prendre un peu d’altitude avant de choisir
Entre le cinquante-cinquante et le zéro partout,
Lequel des deux ne l’a pas volé,
Ou mérité,
Ou que sais-je !
Car le doute évidemment continuera de planer, c’est certain…
Tout ça à cause d’un corbeau,
Un faux pli tombé comme une mouche dans une toile d’araignée !
Il est probable qu’il jouera davantage au papillon sans elle
Et qu’elle pensera sûrement de plus belle à dépenser sans lui…
Bah, c’est la vie : les gens, comme les paroles, sont faits pour s’envoler…
Heureusement que les écrits restent.


[précédent]