Jean-Paul Klée : ...vide / ma / vie ?...


...« je (dit-il) souffre d'üne vie personnelle désastreu-
se, oui, creuse comme üne vieille noix !... Tout y
végétera jüsques à quand ?... Je (disait-il) vivote ad minima
rien n'a lieu, ni amour ni familles ni Socialement ; j'ai très peu d'a-
mis & pas même un seul amant ni boulot ni religion ; à peine la
Sté Alsace-Lorraine des Écrivains üne fois par mois ; rien au
courrier, pas un coup-de-fil(e) pour moi ; où est-/ce/ que je...
vâs ?...Triste sire des fleurs flétries parfois je sauve de l'agonie
un rameau d'acacia qu'un idiot a (cassé) jetté ...--J'ai
accümülé en poésie (depuis 1960) mille-cinq-cents adresses...
on ne m'ignore pas mais la chose jamais vraiment ne va
beaucoup plüs loin qu'un échange / à / vüe, on se parle un peu & on
s'en va !...Le mal que j'ai d'approfondir un peu tout cela qui n'a
ni sel / ni sens / ni dürée ?... Il faudrait sans arrêt cultiver la rela-
tion hümaine, relancer tisser encore & encore ce qu'on nomme
« dü lien social », mais je n'ai jamais appris à faire ce genre / de / ...
chose-là !!... Que voulez-vous on ne se réforme pas ?... Et alors
pas à pas j'avance / dans / le / gris // en tâtonnant jüsqu'à la
Castrastrophe qui forcément me tombera sür le coin de la
tronche / tôt / ou / tard / – Que puis-je faire de ce vague chagrin-là,
sinon vous en parler jour & nuit jüsqu'à vous / en / Sa
türer ?...
Pommade rose ou bleue mon vilain spleen(e) pourra
servir un peu à d'autres paumés / ici / ou // ...
là ?... »



______________________________________
18 septembre 1997, 11 heures.

poëmes de la noirceur de l'occident © B.F. éditions

[suite]