Vincent Wahl : Plein les yeux (bis)



Pour notre étonnement matois

lou Gérard lou Garouste

a planté en plein

sa yourte éclatante

dans la grande salle d’exposition de la fondation Cartier
boulevard Raspail
à Paris


et plusieurs fois nous faut en parcourir
les glacis

à peine s’est on écarté
qu’un gyromètre impérieux nous ramène les yeux
sur le jute :

n’oublie pas et contemple.

Nous est proposé, là,
le tampon à sec
qui fait Brailler la peau du monde
brutalement intelligible

sous la chair épatée des doigts d’aveugle.



Le grain, le pas de temps
le vocabulaire
de Garouste
surgissent directement de la chambre noire :

retours d’expéditions ultramarines

clichés d’aborigènes de nulle part aux pieds inversés,
antipodes acéphales.





empathique Etonne-toi contemple métabolise les entrem


[suite]